Schnell² – Lointain Piquet Étrange

L’autre soir, malgré la pléthore de titres déjà possédés, il me fallait absolument jouer à quelque chose de nouveau ou du moins que je n’avais pas déjà fait. X-Com 2 me fait toujours du charme mais je préfère déjà torcher le premier, je n’ai pas et ne veux pas d’accès à la beta de The Division, le nouveau Street V ne mérite d’être relancé que dans un mois ou deux, pas facile de trouver quelque chose. Et là je me dis qu’il y a bien un truc qui a suscité tellement de hype qu’un bukkake à côté c’est de la dinette: Life Is Stange.

On m’a tellement rabâché les oreilles avec ce truc, il ne m’a jamais vraiment fait bandé mais si le succès critique est là c’est bien qu’il doit y avoir du bon là-dedans et c’est ainsi qu’avant d’acheter une version boîte, je me suis lancé sur le premier épisode fraîchement rapatrié de mon topsite habituel.

Sauf que ça ne s’est pas déroulé comme prévu, je me suis retrouvé à installer 3 jeux en moins de deux heures et je vais rapidement expliquer pourquoi.

Life Is Crap…

Title fixed
Title fixed

… ou comment j’ai gaspillé 30 minutes de mon temps. Oué je le dis d’emblée, j’ai trouvé ça à chier! Personnellement j’ai grandi avec les point’n’click de Lucasart et Sierra pour ne citer qu’eux, c’est un style de jeu que j’affectionne tout particulièrement et qui est trop peu représenté de nos jours. Même si Telltale a su redonner un second souffle au genre avec les remakes HD lisses et dégueux comme une schnek de gamine, il n’y a que très peu de titres récents qui resteront dans les annales.

Alors Life Is Strange (je vais dire LIC ou LIS ça sera moins chiant) c’est le jeu de Dontnod Entertainment et édité par Square Enix que tout le monde suce, ces petits gars sont les mêmes qui ont pondu Remember Me (heureusement qu’on l’oublie vite celui-là aussi) vous savez le jeu fraaaaançaiiiis sucé par toute la communauté posi’gamer parisienne de merde. Bref un jeu qui mérite pas le détour. Pour LIC on m’a vendu sa BO, son parti pris graphique et son scénario « prenant » (oué, prenant par derrière) mêlant voyages dans le temps et fan service pour ados dépressifs qui n’iont toujours pas compris qu’il est impossible de s’ouvrir les veines avec sa paire de vans slip on à carreaux. Un bon gros III (triple « i ») trop arty et méta que si tu l’a pas compris ou aimé t’y connais rien au domaine vidéoludique.

Mais merde, après avoir lancé le jeu premier constat, dieu que c’est moche! J’ai remonté le temps ou quoi? Sommes-nous en 2005? Qu’on ne me dise pas que le jeu est comme ça pour servir un propos graphique, Telltale l’a déjà fait et en mieux. Il n’y a rien à dire d’autre, alors certes ça fourmille de petites références et clins d’œil à la pop culture qui vont faire plaisir au péquin moyen mais en dehors de ça, pour moi c’est raté. C’est inadmissible ça manque de finition, je veux dire quand on se lance sur le créneau du point’n’click épisodique, on regarde un peu la concurrence histoire de pas refaire les mêmes bourdes. Ça me saoule de voir des bras passer à travers des modèles 3D dans un jeu où tout est scripté et pré-calculé pour ne donner que cet exemple. Mais bon je suis du genre à aimer la mocheté (Arma <3) donc je vais passer outre.

Le scénario, alors bon autant être honnête, n’ayant joué que rapidement j’avoue ne pas connaître toute l’intrigue. Je ne vais parler que de ce que j’ai vu et qui est l’élément principal, le voyage dans le temps. Max votre perso se découvre en plus d’avoir des poils qui poussent à des endroits inhabituels pouvoir voyager dans le temps, petits rapides retours en arrière vous permettant par exemple d’influer sur un objet dans le futur pour résoudre une énigme dans le présent. Mais avec la particularité de pouvoir transporter des objets, et oui, mademoiselle fou le bordel dans l’univers.

Je m’explique, il y a (plus tard dans le jeu) un moment où il faut rentrer par effraction dans un bureau relié à une alarme. Le truc est d’utiliser un objet pour défoncer la porte, rentrer remonter le temps couper l’alarme et ouvrir la porte de l’intérieur. Sauf que lorsque l’on remonte dans le temps l’objet utilisé disparaît. Où est passé cet enculé? Cette petite garce fait-elle disparaître de la matière? Dans ce cas il faut la pendre haut et court car elle détruit notre univers en faisant disparaître de la matière, poussière d’étoiles que nous sommes elle nous jette aux chiottes! Cette petite conne en dehors de détruire le monde sans s’en rendre compte est aussi très hypocrite, son pote se prend un pain dans la tronche, elle peut remonter le temps et lui éviter ce désagrément? Bah non elle s’en branle.

Le jeux vidéo aussi a changé
Le jeux vidéo aussi a changé

Bref, avec des graphismes bof bof, une histoire qui mange des murs dès son début et une BO (oui je l’avais pas oublié celle-là) qui ne sert que d’argument marketing pour suceurs de Syd Matters histoire de vendre plus de galettes, épargnez-vous une perte de temps, achetez The Wolf Among Us et lisez le résumé de LIC sur wikipédia pendant le téléchargement. Et puis merde quoi une histoire interactive, ça vous plait tellement de vous prendre une double péné’ par Telltale et Quantic Dream? Je pourrais en dire encore beaucoup sur ce jeu mais qui a envie de perdre ce temps sachant qu’on ne pourra pas utiliser le rewind tout pourri de Max?

Piquet d’incendie dans ton cul!

Et c’est ainsi que j’ai fait mon sac et suis parti sur Firewatch, un autre jeu du moment. Mais pour celui-ci je savais à quoi m’attendre, une grosse balade dans des décors sympathiques pendant qu’on me raconte une histoire. Faut juste que cette histoire soit passionnante sinon l’objectif est manqué…

Alors oui, vous êtes prévenu, pour 20 balles ne vous attendez pas à un jeu vidéo à proprement parlé, ici pas de véritable gameplay vous êtes lâché dans la nature du Wyoming avec juste votre supérieure comme contact. Du peu que j’ai joué le truc fonctionne relativement bien pour peu que l’on ne s’attende pas à un jeu de survie ou autre connerie du genre.

Ici point de survie, pas la peine de bouffer cette tortue, le jeu est un long couloir
Ici point de survie, pas la peine de bouffer cette tortue, le jeu est un long couloir

Parce que comme beaucoup l’ont dit le problème du jeu repose là, sa promo’ qui induit en erreur. Pour que l’expérience ne soit pas trop frustrante faites-vous offrir le jeu, chopez une clé chez les polacks ou cotisez-vous et faites-le à plusieurs. Même si c’est pas ma came, je pense que certains peuvent passer deux petites heures sympathique en se touchant la nouille sur des réflexions métaphysiques et le sens de la vie d’un mâle humain quadragénaire.

C’était pas forcément mieux avant

Un peu frustré, je me tourne alors vers le dernier titre d’Ubichiotte Far Cry Primal vient de sortir des studios des bouffeurs de poutine. Toujours méfiant envers les AAA je n’attendais pas grand chose de ce FCP si ce n’est un peu de dépaysement avec ce nouveau contexte. Déjà le jeu est plutôt joli et ça vaut mieux vu le budget alloué mais il n’est pas plus beau que son frangin numéro 4 etj’avoue qu’Oros (la contrée du nouvel épisode) me fait plus bander que le Tibet. Far Cry 4 est pour moi l’épisode vraiment dispensable, une histoire à chier, un décor mou, le seul truc « sympa » était la coop’.

Mais forcément une bonne idée telle que la coopération, Ubi ne l’a pas gardé pour Primal. En dehors de ça on se trouve en territoire connu, une carte à explorer, des bidules à débloquer, des bestioles à chasser ou mettre dans son lit, tout ce qui fait un FC actuel. Mais donc la recette silex et sang de rat fonctionne-t-elle? Et bien non, bof bof à vrai dire. En effet exit les armes à feu, en dehors d’un arc ou de sagaies il y a peu d’armes à distance ce qui fait que les combats du jeu se cantonnent surtout au corps à corps et c’est là que le bât blesse.

Tu as les yeux de ton père
Tu as les yeux de ton père

C’est mou, mais mou, encore plus que le pénis de Trump, impossible de bloquer, peu d’animations différentes, pas d’esquive, bref le combat au corps à corps fait vite déchanter on se demande limite si on ne vient pas d’acheter un survival en accès anticipé. Mais que reste-t-il alors? Bah… bah pas grand chose, le scénario est basique et ne sert que de prétexte à massacrer ses congénères.

Côté son il n’y a rien à dire, le minimum syndical est là, on notera à l’installation le choix des langues qui ne sert à rien car celui-ci est uniquement pour les sous-titres, la langue du jeu étant une sorte de patois néandertalien. Comme tous les autres gens y ayant joué le conseil que je peux donner est de monter la difficulté sinon il n’y aura aucun challenge, et surtout histoire de renforcer l’immersion il faut désactiver la minimap. Petite option sympathique au passage, la possibilité de virer les animations lors de la collecte d’objets, ou comment vous faire gagner de nombreuses minutes.

Malgré tout après une petite heure la monotonie s’installe, on se dit que ce tas de pixels est sans saveurs et qu’il faudra se forcer si on veut en voir le bout. Des trois titres testés c’est bien le seul à être honnête sur son package et son contenu, tu veux du Far Cry millésime 2008 et bien c’est ce qui t’attend à savoir ramasser des herbes, crafter des bouts de bois, chasser de la chèvre, prendre de la goutte.

Tout ça pour dire

How about a full cup of shit?
How about a full cup of shit?

N’achetez pas Life Is Strange sauf si vous avez mauvais goût et peu d’estime de vous, louez Firewatch avec des amis et jouez à Far Cry Primal quand vous n’avez plus rien d’autre ou sous la menace d’une arme. Pour moins cher vous aurez nettement plus d’heures de jeu sur un fabuleux Darkest Dungeon, mieux encore vous pouvez faire Doukutsu Monogatari (Cave Story) gratuitement sur PC, un jeu qui montre que même en reprenant les codes d’un genre on peut réussir haut la main et ne pas chier un étron immonde.

Au passage pour ceux que ça intéresse, nous avons à disposition un serveur Meinkraft (Minecraft) où vous pourrez démolir les constructions des autres connards squattant mais nous avons surtout un petit serveur Teamspeak où vous pouvez venir squatter et papoter tout en jouant à vos jeux. Si il y a des intéressés qu’ils se manifestent, l’adresse n’étant pas publique tant que nous dépendons d’un autre serveur. Bonne ambiance et blagues sur vos mères sont au rendez-vous!

 

Tac Écrit par :

Un millier de vies, un millier de morts...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *